Chevreuil quand tu nous tiens

 

Le Docteur Gaillard travaille depuis de nombreuses années sur la biologie du chevreuil au sein du Laboratoire de Biométrie et Biologie Evolutive de Lyon et a présenté en ce début d’année 2019 une conférence sur le chevreuil dans les locaux de la Fédération Départementale des Chasseurs du Rhône et de la Métropole de Lyon à laquelle j’ai pu assister. L’occasion d’en apprendre plus sur le « petit prince », ce petit cervidé qui nous passionne tant (Image 1).

 

Image 1. Rencontre inattendue avec un chevrillard en fin de saison.

 

 Cette conférence repose sur l’étude de deux territoires (Chizé dans les Deux-Sèvres et Trois-Fontaines dans la Haute-Marne). Environ 30 équipes de recherches s’intéressent au chevreuil en Europe (Image 2) et collaborent dans le cadre du projet EURODEER afin de mieux les comprendre.

Image 2. Répartition des équipes de recherches travaillant sur le chevreuil en Europe source : http://eurodeer.org/

 

 

Il en ressort que le chevreuil se plaît en France (585 925 chevreuils prélevés lors de la saison 2017/2018) et plus largement en Europe et cela grâce à sa forte capacité d’adaptation. Il s’adapte ainsi facilement aux changements d’environnement comme dans le cas d’un changement de biotope (coupe à blanc, incendies, tempêtes). Bien qu’il ne soit pas rare de le rencontrer en bordure de bois en période estivale, sa discrétion entraîne la sous-estimation de son nombre d’individus d’un facteur 3. (Image 3).

 

Image 3. Trouverez-vous le chevreuil ?

 

Quelques informations intéressantes :

Le domaine vital du chevreuil est très variable selon la richesse du milieu, de 8 à 350 ha et la proximité de grands prédateurs tels que le lynx et le loup le pousse à se rapprocher de l’Homme. Malgré toutes les estimations entendues sur le terrain, il est impossible de faire coïncider sa masse corporelle avec son âge.

 

De façon surprenante, l’espèce la plus proche en termes d’évolution du chevreuil est l’élan bien que ce dernier soit beaucoup plus grand (près de 2 m au garrot et un poids pouvant atteindre 700 kg).

 

Le chevreuil est une espèce difficile à garder en captivité car il nécessite un régime alimentaire très riche et varié.

 

Ci-dessous : Image.4 Bois de chevreuil.

 

La famille des cervidés comprend une quarantaine d’espèces qui possèdent toutes des bois caduques (Image 4) à l’exception de l’hydropote (cerf d’eau d’origine asiatique et considéré comme le cervidé actuel le plus primitif) et ne possèdent pas de vésicule biliaire.

 

Le plan de chasse triennal, permettant une gestion des attributions sur 3 ans, donne des résultats positifs et permet d’analyser des effectifs et la qualité d’une population et ainsi de mieux gérer son territoire.

 

Un point sur la reproduction :

La chevrette est active sexuellement à partir de la deuxième année et est mono-œstrusienne : elle ne peut entrer en chaleur qu’une seule fois par an et ce sur une durée de 24 h. Elle ne peut pas entrer à nouveau en œstrus si elle n’est pas fécondée, ce qui est rare chez les cervidés. Néanmoins, la majorité des femelles en âge se reproduisent chaque année. Contrairement à la biche chez laquelle l’œstrus ne survient pas en absence de réserves suffisantes (empêchant toute reproduction), la chevrette ne stocke pas de réserve et cela donne lieu à des abandons si la nourriture est insuffisante.

 

Une femelle met généralement bas à 2 faons par an sans différence de durée de gestation entre un faon mâle et un faon femelle (contrairement à la biche chez laquelle la gestation dure 4 jours supplémentaires pour un mâle).

 

Enfin, on peut se demander quel est l’effet du climat sur le chevreuil ? L’augmentation de la température moyenne entraînant la pousse plus précoce des végétaux au printemps (un mois environ) provoque un décalage avec la date des naissances (qui dépend de la durée d’ensoleillement quotidien). Les naissances se font alors à une période moins propice et cela entraîne une diminution de la qualité du nourrissage et donc de la survie des faons.

 

Le saviez-vous ?

Contrairement au cerf qui peut s’accoupler avec jusqu’à 50 femelles, le brocard s’accouple généralement avec 3 femelles au plus.

Selon les estimations, environ 15 % des cas dans lesquels la chevrette donne naissance à deux faons serait la conséquence d’une multi-paternité c’est-à-dire que les deux petits qui naissent sont issus d’une fécondation par deux mâles différents.

 

Merci beaucoup au Docteur Jean Michel Gaillard pour cette conférence passionnante, à la Fédération Départementale des Chasseurs du Rhône et de la Métropole de Lyon (FDCRML) et à l’ARCGG pour l’organisation de la conférence.

 

Un article rédigé par Sylvain V. Rédacteur Ambassadeur de La Manufacture Verney-Carron.

 

 

Sources :

- Faune sauvage, bulletin de l’ONCFS (3ème trimestre 2018).

- Conférence du Docteur Jean Michel Gaillard. 31 Janvier 2018, Fédération Départementale des Chasseurs du Rhône et de la Métropole de Lyon.

- M. V. Kuznetsova, M. V. Kholodova, A. A. Danilkin. Molecular Phylogeny of Deer (Cervidae: Artiodactyla). Russian Journal of Genetics, 2005 41: 742-749.

- Eurodeer (EUropean ROe DEER, http://eurodeer.org/).

 

Please reload

POST Récents
Please reload

ARCHIVES
Please reload

Please reload